UNE OUVERTURE DE LA TRUITE AUX APPATS NATURELS

La fièvre monte et chaque pêcheur de truites attend ce rituel avec impatience… L’ouverture reste une fête, et ça, je me doute que chacun de nous sait bien préparer un tel évènement. Mais en ce qui concerne la pêche ? Votre matériel, vos lignes, vos appâts… Est-ce que tout est prêt ? Avez-vous pensé à tout ?

Une ouverture au toc est souvent synonyme de grosse truite !

 

Voici quelques conseils avant le jour J.

Votre matériel

Les cannes :

Que vous optiez pour une téléréglable, une canne à fil intérieur ou une canne anglaise, voici quelques petits rituels à appliquer avant chaque début de saison.

Vérifiez les anneaux : avec un bas de femme usagé, passez-le dans chaque anneau pour voir si aucun d’eux n’est endommagé. Si le bas se délit sur l’un deux, changez l’anneau illico !

Passez de la paraffine sur le blank : et insistez sur les parties intermédiaires entre les anneaux les plus écartés. De la sorte, vous vous évitez un collage éventuel par temps de pluie.

Prenez un tissu absorbant : vient en complément du précédent conseil, grâce à cela, vous pourrez vite essuyer la partie trop humide de votre canne. Ainsi séchée, le nylon ne devrait plus se coller sur le blank, au moins pour un moment. Renouveler dès que nécessaire.

Pour l’ouverture cette année j’ai choisi la toute nouvelle canne au toc Eaux Vives Feather Weight Osmose 3m60 Pezon & Michel. Légère, réactive, anneaux bien décollés du blanks et super sensible, elle a toutes les qualités que je recherche pour une canne aux appâts naturels.

Nouvelle canne Eaux Vives Feather Weight Osmose 3m60 Pezon & Michel


Le moulinet :

Un moulinet à tambour fixe, qu’il soit en carbone graphite ou en plastique dur, doit bénéficier d’un minimum d’entretien et ainsi éviter tout point de faiblesse.

Nettoyez votre moulinet : inspectez le moulinet et enlevez toutes les saletés accumulées lors des précédentes sorties. Un coton-tige, un chiffon et une vieille brosse à dents sont des alliés précieux.

Graissez les engrenages : ouvrez votre moulinet et retirez la graisse si elle s’est concentrée à un endroit précis et si son aspect s’est foncé. Remplacez-là par un point de graisse spéciale moulinet et répartissez bien sur le contour de l’engrenage.

Huilez les axes et roulements : enlevez la bobine et déposez une goutte sur l’axe central, faîtes quelques tours de manivelle pour répartir. Retirez la manivelle à la dévissant et faîtes de même sur la tige et le roulement, remontez et moulinez. Pensez aussi au galet, une petite goutte de temps en temps ne fera pas de mal. Une huile pour machine à coudre fera très bien l’affaire.

Moulinet Oscillium MG FV 20 Pezon & Michel, idéal pour la pêche au toc.
 

Les lignes :

Il est à mon avis impératif de repartir chaque année avec une base saine. S’entend par là qu’il vous faut changer le fil de la saison passée. Sans quoi, vous risquez de le regretter juste après avoir perdu le poisson de vos rêves !

Changez votre corps de ligne : choisissez-le coloré en 14 ou 16/00. Si vous n’avez pas encore essayé le fil fluo en fil de ligne, vous verrez que c’est formidable ! La gamme bicolor Color Line est juste géniale question visibilité. On comprend bien mieux sa pêche en le voyant. Et associer à un petit guide-fil, de préférence de taille 1, vous visualiserez des touches que vous ne pouviez voir avant.

Changez votre bobine de fil spécial bas de ligne : à moins que vous l’ayez stocké protégé de la lumière et à température normale d’intérieur (15 à 20 °C), sinon optez pour une nouvelle bobine. Prenez un fil type anglaise, élastique et résistant au nœud. Il existe aussi la solution des bas de ligne tout prêts avec hameçons montés. Bien pratique pour celui qui à du mal à faire les nœuds Pyrénéen ou lorsque les doigts sont transis par le froid.

Hameçons montés spéciaux appâts vivants montage pyrénéen Pezon & Michel

Éléments de la ligne :

Pour compléter le montage de votre ligne, doivent se rajouter quelques articles incontournables.

Le guide-fil : préférez les billes en polystyrène, c’est le meilleur choix concernant le guide-fil indicateur. Autobloquant ou avec tige, c’est selon chacun. Prenez-les de la couleur que vous distinguez le mieux et si possible avec une base de couleur neutre grise ou noire.

L’émerillon : il évite le vrillage de votre ligne et doit être de petite taille. Il se positionne en raccordement du corps de ligne fluo et du bas de ligne.

Les plombs : une boîte distributrice multicasiers avec des plombs de n° 9 à n° 3 est la plus adaptée pour l’ouverture et aussi le reste de la saison.

Les hameçons : choisissez-les fins de fer pour mieux pénétrer dans vos appâts quand vous les piquez et ainsi ne pas trop les blesser. C’est une question de forme, les hameçons droits sont les plus polyvalents, quel que soit l’appât employé. Couleur et taille doivent être choisies en harmonie avec votre appât.

Guide-fil autobloquants ovales Pezon & Michel

Les appâts :

Je vous conseille de toujours avoir avec vous au moins deux appâts naturels à proposer. Peuvent se rajouter quelques nymphes artificielles au cas où ceux-ci ne marcheraient pas.

Une règle d’or pour vos appâts vivants, ils doivent être les plus frais possible ! Ils tiendront bien mieux sur votre hameçon et surtout ils seront pleins de vie, ce qui fera souvent la différence auprès des truites.

Les vers de terre : Achetez-les si vous n’avez pas de place pour les élever ou ne disposez pas de temps pour les ramasser. Les vers de berge sont les plus fastidieux à récupérer, pourtant ils ont un vrai pouvoir attractant auprès des truites fario. Les vers de terreau sont les vers passe-partout et disponibles en grande quantité. Leur grande mobilité est un plus. Le troisième vers est intéressant par son gabarit, le dandro. C’est le grand frère du ver de terreau par son aspect. Il est à privilégier, comme le lombric, lors des pêches lentes en début de saison lorsque l’appât doit rouler au fond et avancer doucement.

Les teignes : Prenez-les en vrac ou en rouleau, mais assez grosses pour que leur poids vous assure un positionnement près du fond. Et à cette époque, une belle bouchée est toujours la bienvenue.

Les larves naturelles : si vous en avez le courage, pensez aux porte-bois et autres larves de plécoptères. Non disponibles à la vente, il vous faudra vous armer de courage et aller les récolter dans un cours d’eau en prévision de votre partie de pêche. Elles se conservent parfaitement dans un endroit frais entreposées dans une boîte aérée et dans laquelle vous aurez pris la peine de déposer un peu de mousse mouillée ramassée au bord de la rivière.

Une belle truite prise à l’ouverture à l’appât naturel.
 

Autres conseils en vue de l’ouverture :

Si vous voulez aller plus loin dans votre préparation, je vous conseille de (re) lire ces articles :

Conseils pour une ouverture de la truite au toc 1/2

Conseils pour une ouverture de la truite au toc 2/2

Bonne ouverture à toutes et tous et à bientôt pour un nouvel article.

Lionel ARMAND

Moniteur-guide de pêche dans les Pyrénées
Organisateur de stages et séjours de pêche en France et en Espagne
Site pro : www.stagepechetruite.com
Blog: www.guidepechepyrenees.com