105CM DE BONHEUR

Il est des parties de pêche que l’on oublie et d’autres qui restent gravées pour l‘éternité dans la mémoire.

Celle que j’ai vécue ce jour fait partie de la seconde catégorie.

La veille en guidage avec Arnaud, Nico et Camille, 3 pêcheurs auvergnats venus se mesurer aux poissons irlandais, nous avions joué de malchance, en perdant un très gros poisson sur un Zigra 150 à la touche. C’est la première fois que je me fais couper un bas de ligne en 80 centième, 20 cm au dessus du leurre qui en fait déjà 15 ! Nono, ne put rien faire lors de ce combat qui ne dura que le temps de la touche, un coup de tête énorme puis le vide.

Le lendemain, une fenêtre météo propice à la pêche en grand lac nous permet de sortir retenter d’attraper une nouvelle poutre et des truites.

J’arrive tout juste pour entamer ma nouvelle saison et j’ai hâte de retrouver ces poissons surpuissants tombés dans la potion magique lorsqu’ils étaient petits.

Pourtant lorsque nous prîmes le départ, nous ne pensions pas qu’une telle aventure arriverait.

 

Le lac est magnifique et un vent léger nous permet de dériver lentement. Nous alternons pêche du brochet et pêche de la truite mais pour l’instant, les poissons sont timides, alors que les duckflies et les mouettes sont déjà de la partie.

Concentrés et appliqués, mes gars multiplient les lancers et alternent les techniques et les leurres, Zigra, Buck pike, Feather Pike, Gappa, Magnet 1, Tricoroll 72 HW...lorsque soudain Nono m’annonce qu’il s’est accroché. Etrange puisqu’il pêche dans 8m d’eau avec une  cuillère Magnet 1!

Je pense tout d’abord à une grosse truite mais après le premier rush, je comprends tout de suite qu’il s'agit d’un gros brochet. Un mangeur de truite !

Le seul hic, c’est qu’Arnaud recherchait à ce moment là la truite et pêchait avec une canne Hiker world Concept 210, un moulinet gunki FV SW 200, une tresse colorbraid en 12 et un bas de ligne en fluorocarbone Pezon et Michel en 22 ! Bref, même si le combo canne-moulinet devait tenir, il n’avait que peu de chances de s’en sortir sans une coupe.

Pourtant rush après rush, le poisson est toujours au bout, nous pensons donc qu’il doit être piqué juste au bord de la gueule et que nous avons donc toutes nos chances de le sortir.

La canne amortie remarquablement les départs répétés de ce poisson surpuissant, le scion plie mais le reste de la canne reste ferme, quelle puissance !

C’est ainsi que petit à petit, le poisson se fatigue, et après 20 minutes de combat, il se rend enfin et accuse 1m05 ! Première poutre de la saison pour Arnaud !

Lorsque je décrochais le leurre, je compris que la petite cuillère n’était pas piquée au bord de la gueule du poisson, mais bien à l’intérieur, avec le bas de ligne venu en travers se coincer dans la mandibule du brochet, échappant ainsi à la coupure par frottement sur une dent!

Ce poisson record, sera suivi par la suite de la première truite de Camille, 44 cm !

C’est ainsi que se termine cette histoire de pêche que mes pêcheurs et moi même conterons à  chaque réunion, chaque ouverture, chaque nouvel an à nos amis en ressentant à chaque fois la même émotion et la sensation d’avoir vécu là quelque chose qui ne se produira peut être plus jamais.

 

Bravo les gars,

Tchouk

www.guidepechenormandiebretagne.com

www.normandy-fishing.com

www.pecheirlandeconnemara.com