PECHE EN LAC DE HAUTE MONTAGNE

C’est un univers passionnant et méconnu de nombreux d’entre nous, jardin secret de quelques mordus dont je fais partie. C’est la pêche sportive par excellence, offrant au prix de quelques heures de marche un monde halieutique différent, une aventure extrême avec un dépaysement total…

Photo prise depuis la brèche d’Estom Soubiran 2729 mètres. Un vaste domaine lacustre s’ouvre avec le lac du col 2660 mètres et le lac glacé 2568 mètres.

Le lac des Gentianes, haut perché à 2642 mètres offre un magnifique panorama sur le massif du Vignemale (plus haut sommet français des Pyrénées 3298 mètres).

C’est un lac qui se mérite à environ 5 heures de marche et si vous avez la chance d’y bivouaquer vous n’aurez pas de problème de voisinage. Un lac de montagne est situé dans un environnement sauvage, parfois austère,  souvent déroutant pour un pêcheur novice face à cette étendue d’eau calme où l’impression de pêcher « dans une baignoire » domine si les touches tardent à venir.

Prise d’un joli saumon de fontaine avec un Gamera 50SP couleur Ghost Ayu.

Les poissons sont issus d’alevinage pour maintenir une population mise à mal essentiellement par l’absence de frayères, par des  conditions extrêmement rudes et la surpêche. Les cinq espèces présentent sont la truite fario, l’omble de fontaine, l’omble chevalier, le cristivomer  et parfois dans les lacs les plus accessibles la truite arc-en -ciel.

Les poissons sont bien souvent affaiblis et efflanqués comme cette truite qui a passé plus de 9 mois sous la glace.

Une robe superbe

Le matériel doit être adapté à la technique choisie et pour accéder à ces lacs, souvent situés à de longues heures de marche, avec des  chemins  souvent escarpés  on privilégiera un matériel peu encombrant avec des cannes à nombreux brins.

Materiel utilisé :

1 canne polyvalente pour l’anglaise et la bombette Feather Weight 390 en 4 brins pour un encombrement de 102 cm
1 canne Eaux Vives Instinct ou Spécialist Trout Lure 210 pour le leurre et buldo en 2 brins pour un encombrement de 109cm
1 fouet en 3 brins de 10 pieds
Leurre Pezon & Michel : Gamera 50SP
Leurre Illex: Squirrel 61SP, Flat Fly 50SP et Tricoroll

Une ouverture spéciale est  prévue au mois de mai, toutefois  la nature en décide parfois autrement car beaucoup de lacs ne sont dégelés qu’après la mi-juillet.

Ces 2 photos sont prises en 18 heures d’intervalle .Pendant la nuit le lac a complètement gelé ; il n’a dégelé que tard dans l’après-midi car la couche de glace était supérieure à 1 cm.

 

Parmi les techniques les mieux adaptées à cet environnement il y a :

l’appât naturel (vers, teigne et sauterelle) au bouchon, à la bombette ou à fond ainsi que le vairon mort manié
le lancer-ramener (leurre souple, poisson nageur et cuillère)
la mouche sèche ou noyée au buldo ou au fouet

Dans ce biotope les poissons sont extrêmement mobiles et les postes ne sont pas très marqués ; vent et arrivées d’eau sont deux facteurs importants.

Prise d’un omble chevalier à la bombette au pied d’une cascade.

Lorsque le poisson chasse les insectes loin du bord, le buldo reste une technique redoutable.

La pêche peut être très capricieuse et les meilleurs moments sont souvent le matin de très bonne heure. L'un des principaux attraits de cette pêche en haute montagne est l'isolement lié à la difficulté d'accès et pour parvenir aux lacs les moins fréquentés et les plus poissonneux, quelques règles de prudence s'imposent.  L’équipement de base est constitué de bonnes chaussures de marche, d'un sac à dos,  d’un  bon coupe vent et de vêtement chauds.

Coup du matin au fouet en sèche

Le froid qui règne en altitude dès que le soleil disparaît a toujours de quoi surprendre. Une carte IGN, une boussole et une tente avec un duvet d’excellente qualité ne sont pas un luxe. Evitez de partir seul et avant de monter consultez  la météo ; ne partez pas si le  brouillard ou  l’orage sont prévus.

Lorsqu’il n’y a pas d’activité en surface il faut privilégier la prospection en pêchant toutes les tranches d’eau afin de trouver la présence des salmonidés en activité. Dans un premier temps on privilégie un déplacement le long de la berge. Quand les gobages sont nombreux  les truites et ombles de fontaines se trouvent souvent en bordure à l'affût d’un insecte ou d’une mouche.

Prudence lors de l’ascension car le sentier est parfois recouvert sur plusieurs dizaines de mètres de neige, ce sont les névés ou neiges éternelles.

Il existe de nombreuses étendues d’eau suffisamment sauvages et difficiles d’accès qui allient sport et plaisir de la pêche... Evitez toutefois les petites surfaces inférieures à 5000 m2 souvent vierges de poissons corrects. La beauté des paysages et la tranquillité qui règnent près des sommets suffiront à vous récompenser de vos efforts même si le poisson ne se trouve pas au rendez-vous. Les quelques conseils pourront vous être utiles si vous décidez de tenter l’expédition, mais le plus dur reste à faire : y monter !

Le lac est en vu

 

Bon courage à vous les pêcheurs sportifs et rendez-vous là haut !

Jérôme.